Cécile Staehle, 06/12/2018

Les Troopers s’initient à la RSE

8 minutes de lecture

Retour d’expérience du Social Change 2018

Vendredi 16 novembre, je me suis rendue au Social Change 2018, un nouvel événement nantais organisé par l’agence API et Nantes Métropole, pour parler de la RSE - Responsabilité Sociale des Entreprises.

Nous nous sommes récemment penchés sur cette question avec les Troopers, sans vraiment savoir dans quelle direction partir. Le Social Change était donc une occasion parfaite d’aller chercher quelques informations.

Un acteur responsable de son écosystème

Je suis allée écouter le retour d’expérience de Dynamips, une entreprise de solutions informatiques basée à Saint-Herblain. Un atelier qui a fait écho avec certaines de nos pratiques et qui m’a finalement permis de me rendre compte que, sans parler officiellement de RSE, notre agence avait déjà enclenché une première vitesse sur cette voie.

Fabien Lévêque, directeur marketing de cet entreprise, a entre autres abordé la question du télétravail. Bien que cette démarche n’a pas pu s’adapter à tous les services de leur entreprise, elle répond au bien être des salariés grâce à un meilleur équilibre professionnel et personnel mais également aux contraintes environnementales grâce à une réduction de l’émission de gazs à effets de serre. Les salariés souffrent moins des embouteillages et réduisent leurs déplacements.

Cette entreprise a également mis en place un questionnaire pour mesurer la QVT - Qualité de Vie au Travail, que chaque salarié est invité à remplir mensuellement. C’est une sorte de baromètre permettant de s’assurer que la démarche RSE n’est pas qu’une théorie mais également une réelle mise en pratique.

Social Change Dynamips
Social Change PlanetRSE

PlanetRSE, une association pour accompagner les entreprises

Lors d’un temps de networking, j’ai pu rencontrer un membre de l’association PlanetRSE. Elle permet la mise en relation de ses adhérents pour des audits RSE.

Sur leur stand, j’ai eu l’occasion de remplir un questionnaire pour savoir où nous nous positionnons actuellement dans cette démarche. Une auto-évaluation qui permet de voir comment l’entreprise se situe d’ores et déjà sur chacun des piliers de la RSE :

  • économie (santé de l’entreprise, respect des fournisseurs),
  • social (santé et sécurité des salariés, emploi et compétences),
  • environnement (impact via notre consommation énergétique, biodiversité),
  • territoire (ce que fait l’entreprise pour rendre le monde meilleur) et
  • gouvernance (implication des salariés, rémunération, dialogue).

Un diagnostic intéressant pour cibler certaines actions que nous menons déjà, sans forcément faire le lien avec la RSE, et d’autres actions auxquelles nous n’aurions pas pensé.

Urgence sociale et environnementale : changeons de modèle

La plénière de clôture animée par Walter Beauvais a présenté un tableau plutôt triste de ce que l’Homme a fait à sa planète, mais la conclusion, plus heureuse, a démontré qu’il existait des solutions pour changer ça.

C’est tout le principe de la RSE ! Proposer de nouvelles pratiques pour pallier à un impact négatif de l’entreprise. Par exemple, si mon entreprise génère des déchets difficilement recyclables et impossibles à supprimer de l’activité, que vais-je pouvoir proposer pour compenser ce sur quoi je ne peux totalement agir ? Installer des ruches pour participer à la préservation des abeilles et donc de la biodiversité ; réaliser un potager en permaculture sur le toit de mon entreprise ; limiter l’impact des gazs à effet de serre en proposant des solutions de déplacement alternatives à mes salariés (vélos électriques, indemnités kilométriques pour les cyclistes, plateforme de covoiturage), etc.

Toutefois, comme rappelé lors d’un atelier de cette journée, il faut faire attention à l’effet “rebond”. Installer des lampes à LED pour réduire la consommation d’électricité est une bonne chose. Mais si les salariés ne pensent pas à éteindre les lumières d’une pièce vide, l’impact positif n’est plus vraiment réel.


Lors de leur voyage vers la lune, les astronautes d'Apollo 17 ont pris un cliché de la Terre devenu ensuite célèbre : Blue Marble. Une photo qui a déclenché une certaine prise de conscience générale.

Blue Marble

Mais même si de nombreuses réactions se sont mise en place pour la protection de l’environnement, notamment aujourd’hui via la RSE, la question demeure : cela suffira-t-il pour sauver la Terre ?

La RSE chez Troopers

Il n’y a pas si longtemps, nous ne parlions pas de RSE à l’agence et pourtant… Des conditions de travail garantissant le bien-être de chacun, de bonnes pratiques pour nos projets, nos choix de gouvernance, notre implication pour le développement durable, autant de choses que l’on essaye de vivre au quotidien et que l’on souhaite inscrire dans notre raison d’être.

Pour ne pas perdre de vue nos engagements, pour pouvoir les mesurer et s’assurer du respect de ceux-ci, nous avons donc décidé de mettre des mots sur nos actes.

> Gouvernance et conditions de travail

  • Pratiquer le happiness management : libérer la parole grâce à divers outils internes et permettre à chacun de s’exprimer ; faciliter la possibilité pour les Troopers de s’adresser des remerciements et des félicitations via une application développée en interne pour l’occasion (bienveillance et reconnaissance) ; se découvrir les uns les autres hors du contexte professionnel via les “mercredi passion” (un Trooper parle de l’une de ses passions aux autres le temps d’un midi, via une présentation ou une expérimentation) et les soirées conviviales ; accueillir chaque nouveau autour d’un petit-déjeuner ; partager de temps en temps un repas collectif préparé ensemble
  • Favoriser le bien être et la santé de chacun : organisation du temps de travail plus libre (flexibilité des horaires selon le rythme de chacun et possibilité de faire du télétravail) ; quiet room (salle de travail silencieuse) pour s’échapper de l’open-space ; corbeilles de fruits bio de saison livrées chaque semaine, en libre service dans l’agence ; équipe de foot aux couleurs de l’agence pour participer à des tournois entre acteurs de l'écosystème numérique nantais
  • Expérimenter l’entreprise libérée : confiance mutuelle, auto-responsabilisation, suppression de la hiérarchie verticale, points d’équipe réguliers pour avancer tous ensemble en toute transparence, prises de décision collectives
  • Permettre à chacun de se challenger : ne pas rester sur ses acquis, avoir la possibilité de chercher, de tester, d’échouer et de recommencer ; chercher chaque jour des outils d’amélioration, éventuellement les créer (exemple de projet interne : Planck, outil de gestion de projet)

> Développement durable

  • Souci de l’environnement : mise en place de bacs de recyclage et de compost, déplacements qui privilégient le vélo ou les transports en commun (tram, bus, train), utilisation de cartouches reconditionnées pour notre imprimante et recyclage des cartouches usagées
  • Développement local : majorité de nos clients en Loire-Atlantique permettant des rencontres et une meilleure compréhension, un meilleur suivi (Les Machines de l’île, Quo Vadis, VPauto, Nantes Métropole), des fournisseurs locaux (Graines d’ici, Listo)

> Former et se former

  • Partager et apprendre ensemble : tutorat (environ 30% de l’équipe est actuellement en alternance, de bac+2 à bac+5, dont des reconversions professionnelles)
  • Se former : évoluer sur ses pratiques ou en acquérir de nouvelles, formation en interne ou via le plan de formation entreprise et le plan de branche (2018 : 5 Troopers formés pour la mission de tuteur en entreprise, 7 Troopers formés à être formateur)

> De bonnes pratiques pour nos projets

  • Travailler avec agilité : impliquer nos partenaires et partager les responsabilités, les idées, les interrogations, les réussites
  • Réaliser des sites performants, légers et rapides (technologies utilisées et façon de travailler) [en cours]
  • Contribuer à des travaux open-source
  • Faire le choix de partenaires éthiques, dont les projets correspondent aux valeurs de notre agence et s’autoriser à refuser des projets qui ne seraient pas en adéquation avec ces valeurs [réflexion en cours]
comments powered by Disqus

Nos derniers articles